Publié par : lettresdemontreal | 20 mai 2008

Que reste-t-il de nos amours?

Charles Trenet le célèbre barde français, se demandait « Que reste-t-il de nos amours, Que reste-t-il de ces beaux jours. Une photo, vieille photo, de ma jeunesse. Que reste-t-il des billets doux, des mois d’avril, des rendez-vous. Un souvenir qui me poursuit sans cesse »

À l’arrivée de l’automne cette question, avec ou sans réponse, nous arrive indéfectiblement et elle nous touche à la porte de l’âme.

Certains en sont surpris, d’autres déjà avertis, mais néanmoins pas du tout prêts, des tiers franchement renégats… mais à tous elle fait mal également, il n’y a pas d’échappatoire possible.

Pour ceux qui dans les années 80, avoir 20 ans était synonyme d’espoir et de force, aujourd’hui dans la quarantaine et quelque, l’histoire nous regarde avec un sourire sardonique. Un sourire qui est le reflet identique du cynisme d’autres faces, ridés par l’effet du temps, mais plus particulièrement, par les fréquents excès de rhum, tabac et sexe, dans l’exercice du pouvoir.

Aurions-nous eu la même attitude, si nous avions eu les moyens de décider? L’Histoire montre bien que oui, que celui-là est d’habitude le destin de tous ceux qui se sont assis dans la grosse chaise de commande. Aurions-nous pu faire changer les choses? Ceci est une autre question qui martèlera toujours dans nos cœurs.

Mais nous n’avons pas été là. Le destin nous a été donné de voir pourrir notre foi et plus encore, de voir croître les griffes aux anges déchus, les porte-étendards d’un futur glorieux…

Génération perdue, exilée, dispersée, nomade, oui, c’est la nôtre; mais tout cela est aussi notre vertu, notre empreinte.

Nous produisons, nous racontons, nous aidons les nôtres, nous créons, nous mûrissons. Nous sommes encore vivants et contestataires vis-à-vis d’un présent « moyen ».

Par-ci et par-là, par toutes les rues de ce monde marche toujours un Cubain. Avec lui marche aussi un reste d’amour qui s’obstine à abandonner la patrie qu’il porte en lui-même.

_______________________________________________________________________________________________

Que reste-t-il de nos amours?

Se preguntaba Charles Trenet, un célebre bardo francés ¿Que queda de nuestros amores? ¿Que queda de nuestros bellos dias?, una foto, una foto vieja de mi juventud, ¿Que queda de nuestras dulces misivas?, ¿de los meses de abril?, ¿de los encuentros?, un recuerdo que me persigue sin tregua…

A la llegada del otoño esta pregunta, con o sin respuesta, nos llega indefectiblemente y nos toca a la puerta del alma.

A algunos toma desprevenidos, a otros advertidos, pero igual poco preparados, a terceros francamente renegados…pero a todos duele por igual, no hay escapatoria posible.

Para quienes tener 20 años fue sinónimo de esperanza y pujanza, allá por los años 80, hoy a los cuarenta y tantos, la historia nos mira con una sonrisa sardónica, reflejo prístino del cinismo de otros rostros, más ajados por el efecto el tiempo, pero muy particularmente, por los frecuentes excesos de ron, tabaco y sexo, en el ejercicio del poder.

¿Hubiesemos sido nosotros igual, si hubiese estado en nuestras manos? Bien demuestra la historia que sí, que ese suele ser el destino de todos los que se acomodan en el poltrón de mando. ¿Habríamos podido hacer cambiar las cosas?, esa otra es la pregunta que nos martillará siempre en nuestros corazones.

Pero no estuvimos allí, nos tocó ver pudrirse nuestra fe y no menos, ver crecerles las garras a los angeles caídos, portaestandartes de un futuro glorioso…

Generación perdida, exilada, dispersa, errante, sí, ese es nuestro sino, pero también nuestra virtud, nuestro sello.

Producimos, narramos, mantenemos, creamos, crecemos. Seguimos vivos y contestamos un presente mediano.

Por ahí, por todas las calles de este mundo anda un cubano siempre. Con él camina un resto de amor que se resiste a abandonar la patria que llevamos dentro.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :