Publié par : lettresdemontreal | 3 juillet 2009

Chucho en el 30 Festival de Jazz de Montreal

ChuchoRaul

¡Que concierto, que concertazo!, “de película” el espectáculo que nos regaló Chucho Valdés ayer en Montreal, en el Teatro de Maisonneuve…las palabras no alcanzan, las emociones se desbordan. El Maestro nos colmó de sentimientos, de movimientos, (los pies no se quedaban tranquilos en las sillas), de ritmos y remembranzas de melodías cubanas y universales.

Los montrealeses y canadienses o visitantes, todos lo aclamaron innombrables veces durante las más de dos horas de música electrizante. Tres veces tuvo y quiso volver al escenario con sus tres músicos y la Voz: Mayra Caridad Valdés, cada cual un virtuoso en su(s) instrumento(s) Cada uno de ellos tuvo momentos de verdadera gloria musical al ejecutar auténticas muestras de virtuosismo, que todos agradecimos con atronadores aplausos.

Affiche_Maestro_Issa_v1

Tuve la suerte (y la osadía) de ir al camerino a saludar a Chucho, me movía un motivo muy especial para hacerlo, TENIA que entregarle el DVD del filme que Frantz Voltaire ha sacado recientemente aquí en Montreal y que está consagrado a otro Maestro, a  Issa el Saieh, ese músico haitiano de origen palestino, el más grande de su época en su tierra de adopción, contemporáneo por demás del padre de Chucho: de Bebo Valdés, a quien invitara a Haití, a tocar con él.

Chucho lo reconoció enseguida, “Issa” dijo, “claro, si mi padre vivió en Haití un tiempo, voy a verlo en cuanto llegue al hotel, gracias”

¡Que placer darle una satisfacción de este tipo a un gran artista!, ¡que diferente de interrumpirlo para pedirle un autógrafo o decirle banalidades! Chucho nos dio una noche inolvidable y un pedazo de la memoria recuperada de Haití y de Cuba, pero sobretodo de su historia familiar, tan azarosa,  se fue con él como premio.

FestJazz30b

El 30 Festival de Jazz de Montreal habrá tenido otros momentos excepcionales en esta su trigésima edición, pero ayer, para quienes estuvimos allí, Chucho nos convenció que su aporte a esta celebración mayor de los eficientes montrealeses, fue único, fue excepcional.

___________________________________________________________________________________________________________________________________

Chucho au 30ème Festival de Jazz de Montréal

FestJazz30a

Quel concert! Quel concertazzo ! Un spectacle style « ciné » celui que nous a offert hier Chucho Valdés à Montréal au Théâtre Maisonneuve… les mots ne suffisent pas, les émotions débordent. Le Maestro nous a comblés de sentiments, de mouvements (les pieds ne restaient pas tranquilles dans les chaises), de rythmes et souvenirs de mélodies cubaines et universelles.


Les montréalais, les canadiens et les visiteurs, tous l’ont acclamés d’innombrables fois pendant les deux heures de musique électrisante. Trois fois il a dû et voulu retourner sur scène avec ses trois musiciens et à la voix Mayra Caridad Valdés, chacun d’eux – un virtuose avec son(ses) instrument(s) – chacun d’eux a eu des moments de véritable gloire musicale en exécutant d’authentiques échantillons de virtuosité, que tous nous avons remerciés avec des applaudissements assourdissants.


J’ai eu la chance (et l’audace) d’aller aux loges saluer Chucho, me motivait une raison très spéciale pour le faire, je DEVAIT lui livrer le DVD du film que Frantz Voltaire a sorti récemment ici à Montréal et qui est consacré à un autre Maestro, à Issa el Saieh, ce musicien haïtien d’origine palestinienne, le plus grand de son époque dans sa terre d’adoption, contemporain d’ailleurs du père de Chucho : Bebo Valdés, lequel il invita en Haïti pour jouer avec lui.


Chucho l’a immédiatement reconnu : « Issa » a-t-il dit, « bien sûr, mon père a vécu en Haïti un certains temps, je vais le voir dès ce que j’arrive à l’hôtel, merci! ».

Quelle satisfaction que de donner un tel bonheur à un grand artiste! Si différent de l’interrompre pour lui demander un autographe ou de lui dire des banalités! Chucho nous a donné une nuit inoubliable et un morceau de la mémoire récupérée d’Haïti et de Cuba, mais surtout de son histoire familiale, si hasardeuse, il l’a remporté comme prix bien mérité.


Montreal2julio2009

Le 30ème Festival de Jazz de Montréal aura eu d’autres moments exceptionnels dans cette édition, mais, pour ceux parmi nous qui avons été là, Chucho nous a convaincu hier que son apport à cette commémoration majeure des efficaces montréalais, a été unique, a été exceptionnel.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :