Publié par : lettresdemontreal | 9 août 2010

Le DRAE et l’Aurelio: deux dictionnaires en langues néo-latines. 1e partie

Comparaison des descriptions lexicales dans les dictionnaires : Diccionario de la Lengua Española de la Real Academia Española – DRAE (Espagnol) et le Dicionario Aurelio o Dicionario da língua portuguesa (Portugais) dans leurs versions en ligne.

Problématique et question générale: Il s’agit de deux dictionnaires avec des objectifs similaires, dans des langues et cultures très proches l’une de l’autre : l’espagnol et le portugais, le deux ont une reconnaissance importante autant en Europe qu’en Amérique. Alors comment deux dictionnaires prestigieux de deux pays ibéro-américains : l’un européen-espagnol et l’autre sud-américain-brésilien abordent le domaine de la Traductologie dans leurs entrées respectives et montrent ainsi leur valeur méthodologique vis-à-vis de la production contemporaine de dictionnaires dans les mondes hispanophone et lusophone, serait la problématique de cet article.

Dictionnaires analysés, questions particulières : Le Dictionnaire de la Langue Espagnole de l’Académie Royale Espagnole, connue comme DRAE, en est un à tradition espagnole-métropolitaine et très utilisé en Amérique hispanique et ailleurs dans le monde hispanophone.  Mais est-il le seul autorisé et capable de transmettre la richesse de la sixième langue la plus parlée au monde et donc de 350 millions de personnes sur la planète, dont 46 millions en Espagne?

Le Dictionnaire de la langue portugaise « Aurelio » du Brésil est l’œuvre à l’origine d’un érudit et aujourd’hui le plus populaire et reconnu d’un pays (191 millions d’habitants) qui émerge dans la palestre internationale comme une puissance économique mais aussi culturelle et donc linguistique, (le portugais est parlé par 235 millions de personnes sur la planète). Un dictionnaire qui ne provient pas de l’académie pourtant devient une sorte de norme spontanée pour le portugais au Brésil et ailleurs.

Évidement il y a une difficulté de base quand on compare deux dictionnaires dans des langues différentes, néanmoins, la proximité linguistique et historique entre les peuples espagnol et portugais et de l’Amérique latine hispanique et le Brésil est telle, que je prends le risque de le faire, tout en sachant que cet aspect pourra être source de critique méthodologique. J’espère pouvoir convaincre mes lecteurs. Alors, entre un dictionnaire académique métropolitain de longue histoire et prestige et un dictionnaire d’une grande et nouvelle nation qui s’affirme et qui inclue la majorité de locuteurs de cette langue, quelles différences, notamment ici dans le domaine lexicologique? Quels défis? Quelles perspectives?

Le dictionnaire brésilien Aurelio a avancé notablement dans l’incorporation dans ses entrées, des avancés scientifiques de la lexicologie contemporaine. Le dictionnaire de la RAE fait des efforts aussi dans cette direction, mais au même temps, est porteur d’une tradition qui peut-être freine une avancée plus vigoureuse et surtout qui l’éloigne des besoins actuels des pays hispanophones d’Amérique latine. Je vais essayer de démontrer à travers la comparaison des entrées choisies avec le « gold standard » et entre les deux dictionnaires en question, que l’Aurelio est un référant méthodologique d’excellence pour des efforts de création de dictionnaires généraux dans le monde latino-américain.

La suite dans une semaine…

Aller à la deuxième partie du texte


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :