Publié par : lettresdemontreal | 26 septembre 2010

Le DRAE et l’Aurelio: deux dictionnaires en langues néo-latines. 4e partie

II.a. Analyse comparative des deux définitions du DRAE et du Dictionnaire de la langue portugaise « Aurelio » du Brésil. Comparaison avec le « Gold standard »

J’analyse ici une série d’éléments techniques qui doivent me permettre de valider l’hypothèse initiale et les observations faites jusqu’à date.

Traits sémantiques: (sert à désigner tout élément de sens, connoté et dénoté)

1.   La définition du terme Traduction dans le dictionnaire de la RAE est caractéristique d’un dictionnaire général[1], c’est-à-dire, elle inclue quatre acceptions énumérées, dont certaines appartiennent à une terminologie spécialisée, c’est le cas de la quatrième acception qui relève de la rhétorique. Mais les définitions qu’offre ce dictionnaire de cette entrée sont schématiques, elles n’expliquent pas les processus, plutôt les résultats. Il n’y a pas un effort théorique considérable derrière cette entrée. En plus, et en comparaison avec le « gold standard », une des types de traductions apporté par le dictionnaire de la RAE : la « littérale » est pour le « gold standard » : la traduction-calque – le cas extrême de traduction littérale. Cela constitue du « bruit » méthodologique dans l’utilisation de ce dictionnaire par les spécialistes.

La définition du terme Traduction dans le dictionnaire Aurelio est caractéristique aussi d’un dictionnaire général, elle inclue quatre traits sémantiques divisés par barre. La différence fondamentale ici avec le dictionnaire de la RAE est la définition, elle est explicative, il y a présence des verbes comme « transpor » (transposer) qui révèlent la trace d’une conceptualisation scientifique. Une autre différence avec le dictionnaire de la RAE (définition absente dans le cas du dictionnaire espagnol) et qui est au même temps une ressemblance avec celui du « gold standard » est la mention de la traduction automatique et la définition qu’on en donne.

2.   La définition du terme Traducteur dans le dictionnaire de la RAE est, pour un dictionnaire général qui se prétend normatif, un peu basique, surtout compte tenu que « œuvre » dans ce même dictionnaire dans son acception la plus proche à ce que traduit le traducteur est :  « n’importe quel produit intellectuel en sciences, lettres ou les arts, surtout celui qui est d’une certaine importance »[2], le produit intellectuel étant du point de vue sémiotique très divers, donc quel langage sémiotique traduit le traducteur? Et d’autre part « l’importance » est toujours en dépendance du point de vue et du contexte socioculturel donné, donc cette définition est plutôt vague.

La définition du terme Traducteur dans le dictionnaire Aurelio est courte aussi, mais elle spécifie que la traduction est faite d’une langue vers une autre. Cette définition ressemble beaucoup la définition du « gold standard », mais il y a deux différences : pour l’Aurelio il s’agit d’une « personne », pas d’un agent de communication comme dans le dictionnaire de Delisle, et le verbe utilisé par l’Aurelio c’est à nouveau « traduire » : «  personne qui traduit… », pendant que le « gold standard » lui il propose « agent de la communication qui transpose… » Néanmoins la proximité dans la formulation entre les deux dictionnaires est notoire. Je pense qu’il y a un souci visible de la part de l’Aurelio pour la théorie lexicologique.

3. La définition du terme Énoncé dans le dictionnaire de la RAE est éminemment grammaticale, c’est-à-dire on parle exclusivement des mots et des phrases, il n’y aucune présence des circonstances de l’énonciation. On constate le niveau de conceptualisation qui a derrière une telle vision. Le mot Énonciation auquel renvoi l’entrée d’Énoncé à son tour montre l’étymologie, mais se limite à faire référence à la signification d’action et d’effet de ce mot. Les deux définitions sont loin du « gold standard »

La définition du terme Énoncé dans le dictionnaire Aurelio est pour sa part, plus explicite. En plus de l’action d’énonciation, cette définition apporte des exemples, des synonymes à utiliser selon le contexte (de façon implicite), ou même l’utilisation du mot dans le domaine des sciences exactes, notamment dans les mathématiques. D’ailleurs en espagnol cette dernière utilisation est également courante, donc il s’agit d’une importante acception que le dictionnaire de la RAE n’apporte pas. Concernant la proximité au « gold standard » je constate que l’amplitude de la définition brésilienne, même si elle ne coïncide pas dans sa totalité, a un important élément de parenté avec l’actualisation scientifique : la référence implicite au contexte. Le terme énonciation dans l’Aurelio est également large de significations, il nous apporte les qualités d’action et de manière ou façon, les synonymes selon le contexte à travers des exemples.

Traits communs (entre les deux dictionnaires et avec le « gold standard »)

La définition espagnole de Traduction partage avec la brésilienne trois des quatre traits sémantiques : action de traduire[3], œuvre du traducteur et interprétation, avec des nuances dans certains cas, par exemple la version espagnole parle d’interprétation d’un texte et la brésilienne d’interprétation d’une pensée concrète. La définition espagnole de Traducteur ressemble la brésilienne seulement dans son caractère sommaire. La définition espagnole d’Énoncé ne partage pas des traits communs avec la brésilienne et le terme Énonciation espagnol partage avec celui de l’Aurelio la signification d’action.

Traits distincts

La première définition espagnole dans son quatrième trait sémantique fait une référence à la rhétorique, la brésilienne nous parle de la traduction automatisée, donc il est évident d’après ce trait sémantique l’orientation vis-à-vis de la réalité des deux dictionnaires, et leurs priorités. La deuxième définition établie dans le cas du dictionnaire brésilien une différentiation implicite entre la langue source et langue d’arrivée, donc se rapproche d’une définition scientifiquement correcte. Les deux mots de la troisième définition sont plus explicites dans la version brésilienne, par scientificité et par amplitude.

Comparaison avec le « gold standard »

Malgré le fait que je compare ici deux dictionnaires généraux avec un autre spécialisé, ce qui introduit pas mal de variation, je peux conclure que dans les deux cas la définition de Traduction est faible. Ils nous parlent ces deux dictionnaires de traduction comme «interprétation » pendant que cet aspect est clairement différentié dans le Dictionnaire de Terminologie de la traduction que ce soit en français, espagnol ou anglais. Néanmoins l’orientation à inclure la conceptualisation contemporaine est plus visible dans l’Aurelio. Des deux dictionnaires le plus éloigné de la conceptualisation théorique dans cette entrée est l’espagnol, surtout parce que une des types de traductions apporté par le dictionnaire de la RAE : la « littérale » est pour le « gold standard » : la traduction-calque – le cas extrême de traduction littérale. Cela constitue du « bruit » méthodologique dans l’utilisation de ce dictionnaire par les spécialistes.

Dans le cas de la deuxième définition la version espagnole est floue, vague, la brésilienne par contre s’approche de la définition du « gold standard », dans le sens qu’elle reconnaît que la traduction est faite d’une langue vers une autre.

Dans le cas de la troisième définition les deux définitions du dictionnaire espagnol sont loin du « gold standard », il n’y aucune présence des circonstances de l’énonciation. La définition du terme Énoncé dans le dictionnaire Aurelio est pour sa part, plus explicite. L’amplitude de la définition brésilienne, même si elle ne coïncide pas dans sa totalité avec le « gold standard », a un important élément de parenté avec l’actualisation scientifique : la référence implicite au contexte.


[1] Voir : M. Teresa Cabré, Terminologie et dictionnaires, Meta : journal des traducteurs / Meta: Translators’ Journal, vol. 39, n° 4, 1994, p. 589-597. http://www.erudit.org/revue/META/1994/v39/n4/002182ar.pdf

[2] Deuxième acception d’œuvre (Obra)  2. f. Cualquier producto intelectual en ciencias, letras o artes, y con particularidad el que es de alguna importancia. Sur: http://buscon.rae.es/draeI/SrvltConsulta

[3] Ici avec une différence de verbes qu’il faut tenir en compte, parce que reflète le niveau de conceptualisation, plus avancé dans le cas de l’Aurelio.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :